Skip navigation

Bookboon.com The best way to educate yourself

Pour être un leader remarquable, maîtrisez vos émotions

Cette série d’articles parle de ce qu’est le bon leadership et l’intelligence émotionnelle. Dans la première partie, nous avons examiné comment vous pouvez devenir plus conscient de votre état émotionnel à tout moment. Dans cette deuxième partie, apprenez à concrètement agir.


Il ne suffit évidemment pas de reconnaître si vous ressentez de la colère ou de l’anxiété : il faut savoir anticiper vos émotions pour qu’elles n’aient pas un impact négatif, ou pour qu’elles puissent être utilisées pour vous aider dans vos objectifs.

 

L’importance d’être posé

Les émotions font partie de la vie personnelle et professionnelle. Contrôler ses émotions ne signifie pas qu’on les réprime, au contraire : si vous acceptez vos réactions à votre environnement, comme tout le monde, vous vous permettez de ne pas vous laisser submerger par vos émotions.

Pour être un leader remarquable, il importe d’être attentif à tous les facteurs extérieurs afin de les gérer de manière professionnelle. Si vous êtes celui ou celle qui prend les décisions, vos émotions sont un facteur très important. De plus, les atouts de gestion suivants dépendent de votre stabilité émotionnelle :

  • Rester calme en périodes tumultueuses :  

Lorsque tout semble se passer mal ou de manière chaotique, les bons leaders restent calmes. Ils analysent la situation calmement et rapidement et initient les étapes nécessaires.

  • Être un modèle :

Être un bon modèle signifie tout d’abord être un exemple. Ne vous attendez pas à ce que vos employés soient calmes si vous ne l’êtes pas vous-mêmes !

  • Résistez les attaques personnelles :

Si vous êtes leader, vous ne pouvez pas vous laisser distraire par les conflits personnels. Si quelqu’un vous attaque personnellement, que ce soit un collège ou un client, ignorez l’attaque et passez à autre chose.

 

Que faire ?

Dans la première partie de notre série, nous avons discuté la connaissance de soi. Il s’agit de la base : observez ce qui génère chez vous des émotions et prenez vos précautions afin que ceci n’apparaisse pas de manière incontrôlable.

  1. Connaissez les événements déclencheurs

Pensez vraiment à ce qui vous arrivent dans certaines situations, ou même face à certaines personnes : nous assimilons souvent des motifs qui nous donnent des réactions spécifiques. Connaissez vos motifs individuels, sinon vous ne pourrez pas les briser.

  1. Désamorcez les événements déclencheurs

Une fois votre liste d’événements déclencheurs écrite, examinez chaque élément et posez-vous deux questions :

A. Quel effet a votre réaction standard à cet événement déclencheur ? Est-ce qu’il vous aide ou vous est-il nuisible ?

B. Pensez à un exemple d’événement déclencheur. Comment est-ce que votre réaction pourrait être plus productive ?

 

Mémorisez vos réponses : elles vous guideront dans les futures situations émotionnelles difficiles.

Comment peut-on donc s’assurer d’utiliser une réaction productive plutôt qu’un vieux motif ? D’abord, préparez-vous : laissez-vous alerter par votre réaction physique. Puis, évaluez la situation avant de réagir. Cette pause, quelle que soit sa longueur, fera la différence.

Bien sûr, comme vous pouvez l’imaginer, ceci est plus facile à écrire qu’à faire. Vous pourriez même ne pas y arriver tout de suite. Toutefois, n’oubliez pas qu’acquérir de l’intelligence émotionnelle prend du temps. Continuez à y travailler et vous verrez la différence.

Enfin, il s’agit de vous concentrer sur les sentiments de vos employés. Dans la troisième et dernière partie de cette série, nous discuterons de la dernière condition de l’intelligence émotionnelle : l’empathie.

 

En attendant, vous pouvez lire le livre en anglais ci-dessous :

 

N’oubliez-pas de lire la première partie de cet article : Pour être un leader remarquable, regardez-vous dans la glace.